Le PCF, le parti des travailleur.ses, sauf quand il est le patron ?

Au moins quatre travailleur.se.s licencié.e.s au milieu de l’été. Peut-être bientôt six ? Six autres reclassé.e.s ?
A ce jour, tou.te.s les personnes licencié.e.s ont plus de 50 ans. Les 3/4 sont des femmes. Tou.te.s avec charge de famille. Certain.e.s à quelques années de la retraite.
Alerté par les travailleur.se.s concerné.e.s, le syndicat ASSO – Solidaires est pour le moins surpris des critères qui ont pu être retenus par le PCF pour procéder au licenciement de leurs camarades.
Conscient que le chômage, comme le travail, tue et que les droits à la retraite sont toujours discriminatoires pour les femmes, notre syndicat, soutenu par le secrétariat national de l’union syndicale Solidaires, a écrit le 6 août à la direction du PCF pour lui demander de bien vouloir rouvrir les négociations avec les représentants syndicaux afin que ces quatre travailleur.se.s ne tombent pas dans la précarité, à l’aube de leur retraite.
 
Malheureusement, s’il est possible pour le PCF de licencier au milieu de l’été, dialoguer avec un partenaire social ne semble pas une priorité pour la direction du PCF et ses élu.e.s.
Aucun.e membre du comité exécutif national, aucun.e élu.e aux assemblées nationale ou européenne sollicité.e.s par notre syndicat, n’a pris le temps de répondre ni même d’accuser réception de notre courrier.
L’urgence pour le PCF ne serait donc pas la justice sociale mais l’organisation de son université d’été et le lancement de la pré-campagne pour les élections européennes ?
Et pourtant, combien de salaires auraient pu être payés avec le financement dédié à cette université d’été ?

En Europe, en France ou en Hongrie, stop à la criminalisation des ONG et travailleur.se.s associatif.ve.s solidaires des migrant.e.s

Depuis son arrivée au pouvoir en 2010, Viktor Orban alimente, au sein du peuple hongrois, la peur d’une invasion du pays par les migrant.e.s. Réélu en avril 2018, Viktor Orbán continue sans relâche sa chasse aux exilé.e.s en criminalisant désormais les ONG, travailleur.se.s associatif.ve.s et individus qui leur viendraient en aide.

Continuer la lecture de En Europe, en France ou en Hongrie, stop à la criminalisation des ONG et travailleur.se.s associatif.ve.s solidaires des migrant.e.s