Qui tiendra les promesses de Macron aux plus démuni.es ? Pas lui !!

Alors qu’Emmanuel Macron a annoncé lundi 16 mars 2020 que personne ne serait laissé de côté durant l’épidémie. Le syndicat Solidaires ASSO dénonce l’incurie du gouvernement et des pouvoirs publics qui laissent au secteur associatif et à ses travailleur.ses le soin d’assumer seul.es sans aide ni accompagnement, ces promesses du Président de la république. Pour illustrer cette situation inadmissible, nous publions aujourd’hui le témoignage d’un.e membre* de notre syndicat écrit le 19 mars.

Continue reading Qui tiendra les promesses de Macron aux plus démuni.es ? Pas lui !!

Coronavirus, les travailleur·ses et les publics des associations aussi en première ligne

Communiqué, le 20/03/2020

Si tout le monde est susceptible de contracter le coronavirus, ce sont les personnes les plus précaires qui encore une fois seront les plus fragilisé·es, que ce soit face à la maladie ou à ses conséquences sociales. Et la précarité dans les associations, malheureusement, on connaît ! L’État ayant délégué au secteur associatif de larges pans de ses missions, une grande partie des publics des associations sont précaires : les personnes exilées, particulièrement les mineur·es isolé·es, personnes en attente d’un droit au séjour en France, les personnes enfermées en Centre de Rétention Administrative, les personnes sans domicile fixe, les prisonnier·es, les enfants, les personnes âgées, les personnes en situation de handicap, les usager·es de stupéfiant, etc. Mais il ne faut pas oublier que beaucoup de travailleur.se.s des associations sont aussi souvent précaires au regard de leur statut : vacataires, volontaires en service civique, temps partiels, intermittent.e.s, CDD d’usage, etc.

Continue reading Coronavirus, les travailleur·ses et les publics des associations aussi en première ligne

Pour un autre avenir ! Tou·te·s en grève reconductible du 3 au 29 février et dans la rue le 20 février 2020

La précarité tue. Et pourtant, le gouvernement nous prépare un avenir de précarité généralisée. A tous les âges de la vie.

Un système par points qui défavorise encore davantage les plus précaires

Aujourd’hui, dans le secteur privé, la retraite est un pourcentage du salaire de nos 25 meilleures

années : environ 50 % de celui ci. A cela peuvent s’ajouter, pour celleux qui peuvent se les payer, lesretraites complémentaires qui permettent d’arriver à 75%.

Demain, si la réforme passe, on cumulera des points, qui seront le reflet de l’ensemble de notre carrière : avec des points minimums pour les temps de chômage indemnisés (pas de points sinon) et des points réduits en cas de temps partiel.

Continue reading Pour un autre avenir ! Tou·te·s en grève reconductible du 3 au 29 février et dans la rue le 20 février 2020