diapo

Les syndicats STTCPOA et ASSO 31 dénoncent de graves dysfonctionnements à l’ADEAR 31

Communiqué adressé aux administrateurs et administratrices de l’association ADEAR 31

Dégradation des conditions de travail, souffrance au travail, 121 jours cumulés d’arrêt en 3 mois dont une partie pour maladie professionnelle et finalement, le départ des 4 salariées, malgré le soin et l’attachement à leurs missions.

*STCPOA : Syndicat des Travailleuses et Travailleurs de la Confédération Paysanne et Organismes Associés – stcpoa@yahoo.fr
*ASSO 31 : Syndicat de défense des salarié.e.s du secteur associatif en Haute-Garonne – asso31@syndicat-asso.fr / comminges@syndicat-asso.fr
* ADEAR 31 : Association pour le développement de l’emploi agricole et rural de Haute-Garonne

Télécharger le communiqué en pdf

Continue reading Les syndicats STTCPOA et ASSO 31 dénoncent de graves dysfonctionnements à l’ADEAR 31

Conférence gesticulée le 16 mai à Paris : «Désenvoutement ou le néolibéralisme va-t-il mourir et comment faire pour que ça aille plus vite ? ».

La section locale Asso Ile-de-France lance un cycle de conférences gesticulées et invite jeudi 16 mai à 20H à venir voir la conférence gesticulée de Marie-Laure Guislain de l’association Allumeuses.bzz « Désenvoutement ou le néolibéralisme va-t-il mourir et comment faire pour que ça aille plus vite ? ».

Lieu : siège de la GAB, 31 rue de la Grange aux Belles, Paris 10e.
Salle : grande salle du Rez-de-Chaussée

Description du thème:
Marie-Laure Guislain explore comment sortir des forces destructrices du système néolibéral néocolonial patriarcal, à travers ses danses, ses chants et ses récits de luttes collectives et notamment des actions en justice contre des multinationales qu’elle a menées pendant dix ans. Elle donne aussi l’exemple de l’espace de travail collaboratif « Droits et Mouvements sociaux» qui rend la stratégie juridique accessible à tous les collectifs, pour qu’elle soit au service du mouvement social.

Aussi, depuis un épisode de « burn out militant » et « de trauma vicariant », Marie-Laure étudie les facteurs qui mènent des milliers de militant.e.s à l’épuisement et empêchent les luttes de se pérenniser. Elle propose alors de désenvoûter nos corps et nos organisations des injonctions néolibérales à la productivité ou au sens de l’urgence. Elle invite enfin, comme elle le fait auprès des collectifs que son association Allumeuses accompagne pour sortir de l’épuisement, à cultiver des antidotes à la « culture du burn-out » pour remettre du soin à tous les niveaux et ainsi retrouver force et espoir (plus de détails sur ce lien (https://conferences-gesticulees.net/conferences/desenvoutement/)).

Et qu’est-ce que c’est une conférence gesticulée ?
C’est une intervention apparemment théâtrale où quelqu’un vient vous parler de son vécu pour mieux révéler les phénomènes de domination qui agissent dans notre société. Pour une définition complète voir ici : https://conferences-gesticulees.net/une-conference-gesticulee/.

Volontaires des jeux olympiques on vous exploite mais des droits et des recours existent, exercez-les.

Volontaire… ou vrai·e salarié·e ?

LES JEUX OLYMPIQUES VOUS EMPLOIENT, VOUS AVEZ DES DROITS ET DES RECOURS, EXERCEZ-LES !

La jurisprudence définit le bénévolat comme l’aide apportée de manière spontanée, de plein gré, sans aucun lien de subordination, au profit d’organismes sans but lucratif. Le travail effectué ne doit pas permettre de pourvoir des postes indispensables au fonctionnement de la structure qui en bénéficie.

Vous devriez donc pouvoir choisir vous-même vos horaires de travail, choisir et gérer vos activités, y participer selon votre bon vouloir et selon les modalités que vous déterminez vous-même. Vous ne pouvez pas non plus être sanctionné·e.

La charte du volontariat olympique et paralympique prévoit
exactement l’inverse
, à savoir :

  • une liste de missions et fonctions précisément définies
  • le port obligatoire d’un uniforme
  • une durée minimale d’engagement
  • l’organisation de sessions de formation préalables
  • le respect des consignes délivrées par Paris 2024
  • une coordination du travail par des chef·fes d’équipe
  • l’existence de contraintes concernant la durée des missions, les horaires de travail, les plannings
  • l’application des dispositions légales sur les temps de repos et les durées maximales du travail des salarié·es de droit privé
  • « toute mesure adéquate » à votre encontre y compris le retrait de votre accréditation et/ou de l’uniforme en cas de violation de la charte.

En outre, la charte indique que plusieurs missions se feront sous la supervision d’Omega (équipier, opérateur tableau d’affichage, statisticien, opérateur chronométrage et notation). Une entreprise privée d’horlogerie de luxe va donc bénéficier de votre travail gratuit sans avoir à embaucher.

Nous voyons dans le volontariat des Jeux olympiques les indices d’une
relation salariée, caractérisée par l’exécution d’un travail sous l’autorité d’un organisme qui l’organise de manière unilatérale, qui va vous donner des consignes, contrôler votre travail et vous sanctionner le cas échéant… La charte n’est finalement qu’un règlement intérieur !

Or l’organisation des Jeux olympiques serait tout simplement impossible sans le travail gratuit pour lequel vous avez été recruté. Il s’agit d’un choix politique : rémunérer 45 000 personnes à temps plein pendant un mois au SMIC coûterait moins de 100 millions d’euros et 1% du budget des Jeux olympiques !

Ceci a des conséquences concrètes pour vous :
Les frais de transport, repas, hébergement sont intégralement à votre charge, vous ne recevez pas de rémunération, aucune cotisation n’est versée, le code du travail ne s’applique pas, vous ne bénéficiez pas de la législation sur les accidents du travail. Ce sont autant de choses qui vous seraient dues dans le cas d’une embauche.

Le travail gratuit peut être analysé en travail dissimulé et peut être requalifié en salariat par le conseil des prud’hommes.

Ne restez pas seul·es ! Vous avez des recours !

Pour cela, vous pouvez vous faire aider :
nous contacter à :

BENEVOLESJOPSYNDICATS@PROTONMAIL.COM

À l’initiative de Saccage 2024 et de plusieurs syndicats (CGT-TEFP, ASSO-Solidaires, CNT Région Parisienne, Solidaires 93, et d’autres)