Un invité homophobe et anti-IVG au festival de Kokopelli

ASSO est un syndicat de lutte: aux côtés des migrant-es et des paysan-nes, dans nos lieux de travail et à la ZAD, pour les logiciels libres et contre la violence policière, pour un vrai droit au chômage et contre le fascisme, pour l’autogestion et la solidarité internationale…
C’est ce combat, intersectionnel, pour une autre société, et ce choix d’être auprès de toutes celleux qui résistent qui nous permet aujourd’hui de dire oui à la défense des semences paysannes libres mais pas sans défense des droits des travailleur-ses, du droit des femmes à disposer de leur corps et de l’égalité des droits pour tou.tes nos camarades LGBT+
 
Contacté-es par des habitant-es du Mas sur le festival Kokopelli, nous choisissons de reproduire leur texte :

Un invité homophobe et anti-IVG

au festival de Kokopelli

Les 8, 9 et 10 juin, l’association Kokopelli organise au Mas d’Azil un festival avec concerts et conférences, « Les tambours de Gaïa ». L’un des conférenciers, invité à s’exprimer sur les bienfaits de l’alimentation bio, est le professeur Henry Joyeux.

Si dernièrement on a surtout entendu parler de ce professeur pour ses positions contre l’aluminium dans les vaccins, il ne faut pas oublier qu’il est également très populaire dans les milieux de droite réactionnaire. En effet, ce monsieur donne de nombreuses conférences contre la « théorie du genre » et tient des positions anti-avortement. Il a été président de l’association Familles de France et à ce titre soutien officiel du mouvement de Frigide Barjot contre le mariage gay et lesbien. Sous couvert de « droit des enfants à avoir un papa et une maman », il s’est aussi prononcé contre l’adoption par les gays et lesbiennes.

Voici ce qu’on peut lire dans son livre L’Ecologie sexuelle (2010) : « L’homosexualité ne correspond pas à des relations sexuelles ! Mais à des relations qui mettent en contact le sexe masculin et la fin du tube digestif du partenaire… » ; « Ce n’est pas une maladie qui se soigne avec des médicaments. Ce sont des carences affectives du cœur, du sentiment, du corps dont on peut progressivement s’éloigner si on les comprend et si on les analyse bien ».

On peut donc dire sans exagérer qu’Henry Joyeux est homophobe et qu’il est contre le droit des femmes à disposer de leurs corps et de leur avenir. Nous trouvons intolérable qu’une personne tenant des positions haineuses et discriminatoires soit invitée à parler tranquillement dans un festival « alternatif ».

Malheureusement, ceci est à l’image de la confusion politique qui règne autour de l’association Kokopelli. Les personnes qui se rendent à ce festival pensent sans doute y défendre la « liberté des semences » contre Monsanto et les gros industriels. Or l’entreprise Kokopelli (3 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2016) défend surtout sa liberté de vendre un maximum de semences1. Par ailleurs, de nombreux textes écrits par Dominique Guillet, président de Kokopelli, sont une glorification de la vie à tout prix. On ne s’étonnera donc pas de la présence au festival « Les Tambours de Gaïa » d’un invité ouvertement anti-IVG et homophobe.

Kokopelli n’est un allié ni des femmes, ni des personnes LGBT, ni même des jardinièr.e.s, comme le prouve le procès qu’il a intenté à un jardinier blogueur en août 20172.

Ne soutenons ni Kokopelli ni Henri Joyeux,

boycottons le festival « les tambours de Gaïa ».

Quelques habitantes du Mas d’Azil.

1On lira le livre Nous n’irons plus pointer chez Gaïa, éditions du bout de la ville, 2017, et l’article paru à ce sujet dans le mensuel CQFD : cqfd-journal.org/Kokopelli-c-est-fini-1831.

2Procès perdu par Kokopelli, voir l’article de Reporterre : https://reporterre.net/Graines-de-zizanie-a-Kokopelli-le-semencier-conteste-poursuit-un-blogueur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.